Pierre Coric

Artist
Currently resident in U-Jazdowski
Chaos, systems and vibrations

contact - cv - writings

Claudel Philippe

De quelques amoureux des livres que la littérature fascinait, qui aspiraient à devenir écrivan mais en furent empêchés par diverses raisons qui tenaient aux circonstances, au sièlce de leur naissance, à leur caractère, faiblesse, orguueille, lâcheté, mollesse, bravoure, ou bien encore au hasard qui de la vie fait sont jouet et entre les mains duquel nous ne sommes que de menues créatures, vulnérables et chagrines.

Il y eut ainsi, depuis des siècles, vivant dans une opaque et insoupçonnable solitude, des créatures qui pensaient que ce qui sourdait de leur cerveau et se traduisait en un assemblage de mots pouvait à l'humanité servir. La consoler, l'émouvoir, l'éclairer. On pardonna beaucoup au péché d'Orgueil qui animait ces êtres. On les écouta souvent. On les célébra parfois. On donna à des avenues leurs noms. On sculpta dans le marbre et le bronze leur visage et leurs mains. On les coucha dans de grands dictionnaires, des encyclopédies. Il fallait bien voir leurs efforts se prolonger d'un écho. Mais au vrai, ils ne servirent à rien qu'à distraire les mortels de leur temps. Et leurs livres sont comme des mues tombées dans les siècles aveugles et sourds. Car rien jamais ne change l'homme. Rien ne remodèle la pâte dont il est fait, une fois et pour toujours. L'histoire n'existe pas. Le temps n'est qu'une illusion qui est l'autre nom de l'espoir. Car il en faut bien un. Sinon quoi? Mais comment dire cela à l'enfant quand il s'avance dans l'âge de comprendre. Nous sommes les dépositaires de l'éternel mensonge. Nous le prolongeons. Le monde est une brume de chaleur qui s'élève dans le coeur d'un été qui n'est pas un été, mais le rêve de ce que pourrait être un été, s'il existait, s'il existait vraiment, ailleur que dans les livres qui sont la matière fragiles de nos mémoires.