Pierre Coric

Artist
Currently resident in U-Jazdowski
Chaos, systems and vibrations

contact - cv - writings

Hugo Victor

Les contemplations

p229

Il se sent faisant passer le monde
Par sa pensée à chaque instant
Dans cette obscurité profonde
Son oeil devenir éclatant

Et, dépassant la créature
Montant toujours, toujours accru
Il regarde tant la nature
Que la nature a disparu !

Car, des effets allant aux causes,
L'oeil perce et franchit le miroir,
Enfant; et contempler les choses,
C'est finir par ne plus les voir

p437 (Les mages)

Ce sont les sévères artistes
Que l'aube attire à ses blancheurs
Les savants les inventeurs tristes
Les puiseurs d'ombre, les chercheurs,
Qui ramassent dans les ténèbres
Les faits les chiffres les algèbres
Le nombre ou tout est contenu
Le doute où tout nos calculs succombent
Et tout les morceaux noirs qui tombent
Du grand fronton de l'inconnu

Ce sont les têtes fécondées
Vers qui monte et croît pas à pas
L'océan confus des idées
Flux que la foule ne voit pas
Mer de toutes les infinies pleine,
Que Dieu suit, que la nuit amène,
Qui remplit l'homme de clareté,
Jette aux rochers l'écume ameère,
Et lave les pieds nus d'Homère
Ave un flot d'éternité

p452 (idem)

Sombres ils ont en eux pour muse,
La palpitation confuse
De tous les êtres à la fois.

p477

Homme! Homme! aigle aveuglé, moindre qu'un moucheron
Pendant que dans ton louvre ou bien dans ta chaumière
Tu vis sans même avoir épelé la première
Des constellations, sombre alphabet qui luit
Et trembre sur la page immense de la nuit.

p479

L'ange éblouissant luit dans l'homme transparent
Le doute le fait libre et la liberté, grand
La captivité sait; la liberté suppose,
Creuse, saisit l'effet, le compare à la cause,
Croit vouloir le bien être et veut le firmament
Et cherchant le caillou trouve le dimanant